Pieter Devos deux ans après, Kevin Staut à la remise des Prix à Barcelone

Crédit : Sportfot

Samedi 05 octobre - 00h31 | À Barcelone, Lucas Tracol

Pieter Devos deux ans après, Kevin Staut à la remise des Prix à Barcelone

En fin de soirée, le Real Polo Club de Barcelone a accueilli le Grand Prix du CSIO 5* de Barcelone. Au terme des deux manches, Pieter Devos a récupéré son dû, deux ans après sa dernière victoire dans cette même épreuve. Avec Jade v. Bisschop, il a devancé l’Italien Emilio Bicocchi sur Evita SG Z et Christian Ahlmann associé à Take A Chance On Me Z. Kevin Staut s’est une fait une place à la remise des prix grâce à Viking d’la Rousserie. 

Si ce week-end les regards sont particulièrement tournés vers les équipes lors de cette finale des Coupes des nations Longines de Barcelone, les cavaliers ont eu l’occasion de s’illustrer en individuel ce soir sur la grande piste en sable du Real Polo Club. Lors du Grand Prix en deux manches à 1,55m, quarante-trois couples se sont confrontés au subtil tracé imaginé par le Madrilène Santiago Varela. Comme toujours, ce dernier a proposé un parcours fin, et sur lequel les fautes se sont dispersées. 

La règle était la suivante : onze couples étaient repêchés pour la seconde manche, et davantage si le nombre de sans-faute excédait cette limite. Finalement, ils ont été dix à signer une copie parfaite. Parti en début d’épreuve, Nicolas Delmotte a laissé le vertical n°9 à terre après une faute infime d’Alanine des Vains. En pleine découverte de ce niveau d’épreuve, la fille d’Allegreto de neuf ans a toutefois fait forte impression, toujours avec la délicatesse qui la caractérise. Malgré ces quatre points, le Nordiste et sa belle brune ont été les derniers rappelés pour la seconde manche grâce à leur excellent chronomètre. Avec un score identique mais presque quatre dixièmes de retard, Pénélope Leprevost a été privée de deuxième parcours avec Varennes du Breuil, qui a pêché sur le n°5. 

L'audace de Bicocchi n'a pas suffit

L'audace de Bicocchi n'a pas suffit - Pieter Devos deux ans après, Kevin Staut à la remise des Prix à Barcelone

Viking d'la Rousserie poursuit ses progrès avec Kevin Staut.
Crédit : Sportfot

Ouvreur de la seconde partie d’épreuve, Nicolas Delmotte a laissé le premier vertical et le n°7 à terre en ouvrant le galop. Pas de quoi faire oublier le premier parcours très prometteur de sa complice de neuf ans. Lui aussi pénalisé en première manche, Marcus Ehning a ensuite pris les commandes de l’épreuve avec Funky Fred, mais pour une très courte durée. 

Associée à sa généreuse Flip’s Little Sparrow, Stephanie Holmén a fait preuve d’audace, demandant à sa partenaire de prendre des distances sacrément longues et d’imprimer un tempo soutenu. Une tactique payante qui a placé les protégées du vice-champion olympique Peder Fredricson en tête de l’épreuve. Grâce au dressage presque insolent de son Take A Chance On Me Z, vainqueur du Longines Global Champions Tour de Paris en juillet, Christian Ahlmann n’a pas tardé à prendre le leadership en franchissant la ligne d’arrivée en 52“98. Dans un tout autre style puisqu’avec moins de précision mais peut-être plus d’audace, l’Italien Emilio Bicocchi a enlevé soixante-cinq centièmes à ce chronomètre grâce à la généreuse fille de Verdi TN, Evita SG Z. 
Mais le vainqueur de cette même épreuve avec Claire Z en 2017 n’avait pas dit son dernier mot. Cette fois associé à Jade v. Bisschop, auteur d'une faute hier dans la première manche de la finale des Coupes des nations, le Belge Pieter Devos a tout tenté, arrêtant le chronomètre Longines en 52“18. Seul Kevin Staut pouvait alors le déloger avec son tempétueux Viking d’la Rousserie. Encore en formation lorsqu’il s’agit d’aller vite, le fils de Quaprice Bois Margot n’a pas permis au numéro un français de prendre autant de risques que ce qu’il aurait sûrement espéré. Double zéro en 54“61, tous deux ont tout de même délivré une nouvelle prestation encourageante et se sont invités à la cinquième place à la remise des prix, lors de laquelle le Normand a préféré épargner le tour d’honneur à l’alezan, craignant certainement que son tempérament ne prenne le dessus ! 
 
Les résultats ici
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #110 GRANDPRIX n°110 OCTOBRE

GRANDPRIX #110

(GRANDPRIX n°110 OCTOBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter