Le bruit des sabots a résonné dans Bordeaux

Bordelaise d’origine, Manon Lane, passionnée de photographie depuis 2012, est à l’origine d’un très beau projet, baptisé “Un cheval dans Bordeaux”. Saisir la beauté d’un cheval dans des lieux emblématiques de la sublime capitale de Nouvelle-Aquitaine lui trottait depuis longtemps dans la tête. Professionnelle depuis 2020, elle s’est lancée dans l’aventure il y a trois semaines, livrant ainsi une série de clichés aussi beaux que poétiques.



Crack et Sarah sous l'objectif de Manon Lane font découvrir la place des Quinconces sous un nouveau jour.

© Manon Lane Photographie

Le dimanche 7 mars 2021, les pavés de Bordeaux, ville privée de son Jumping annuel en raison de la pandémie de Covid-19, ont de nouveau vibré au son des sabots. Accompagnée de Crack de Barrón, un étalon Pur-sang espagnol dressé pour les spectacles, et de Sarah de Azevedo, modèle, Manon Lane a mis en valeur les lieux plus emblématiques de celle que l’on surnomme encore parfois la Belle endormie. “Je voulais vraiment immortaliser le vieux Bordeaux, avec ses endroits que tout monde connaît: le pont de pierre, la place de la Bourse, le Grand Théâtre, etc.”, explique la jeune photographe. “On m’a parlé d’endroits plus récents, comme la Cité du vin et la Maison de l’économie créative et de la culture en Nouvelle-Aquitaine (MÉCA) mais je voulais vraiment privilégier le cœur de la vieille, ce qui est typique. Et je ne suis pas déçue; je ne m’attendais vraiment pas à un résultat aussi beau.”

Ce projet était une première pour la ville et pour Manon Lane, qui le portait depuis longtemps dans son cœur. “Cela avait déjà été fait à Paris et Reims, par exemple, mais étonnamment jamais à Bordeaux, du moins à ma connaissance, et c’était un projet que j’avais en tête depuis longtemps”, raconte-t-elle. “Je voulais cependant attendre d’être installée professionnellement afin de pouvoir mettre sur pied ce projet avec la mairie, et être plus avancée dans mon apprentissage de la photo pour avoir vraiment quelque chose d’abouti. Je ne voulais pas décevoir ma ville.”

© Manon Lane Photographie



“Je me suis dit que qui ne tente rien, n’a rien”

© Manon Lane Photographie

Si ce projet a été long à mûrir, il en valait la peine, “Cela a demandé beaucoup de travail administratif et de préparation en amont. J’ai commencé à me pencher sérieusement sur le projet en décembre. J’ai alors envoyé un courriel à la mairie en me disant: ‘Qui ne tente rien n’a rien’. J’avais la chance d’avoir déjà Sarah, mon modèle, avec qui je travaille depuis longtemps et qui est elle aussi cavalière. De toute façon, je ne voyais qu’elle pour ce projet.”Avec l’aide de Francis Feytout, conseiller municipal de Bordeaux délégué à la condition animale, Manon a pu concrétiser son projet. “J’ai obtenu un rendez-vous à la mairie début février 2021. Monsieur Feytout a été emballé par le projet de mettre en valeur notre ville et les chevaux. Je tiens vraiment à remercier la ville pour son soutien.”

Ensuite, il a fallu trouver le cheval. Grâce à une annonce postée sur les réseaux sociaux, la jeune photographe a rencontré Mélanie et Manuel Bartual Relloso, propriétaires de Crack et du haras de Barrón, situé à Port-Sainte-Foy, en Dordogne. “Crack est un cheval de spectacle qu’ils ont récupéré à deux ans et qui est aussi leur étalon maison. Il se produit souvent en spectacle. C’était exactement le cheval froid que je recherchais. Je voulais aussi un cheval qui puisse se cabrer, effectuer une révérence… Quelques tours. Avec Sarah, ma modèle, nous avons plusieurs fois rendu visite à Crack, qui s’est montré vraiment adorable. Il était important de faire connaissances avec lui, ainsi qu’avec Mélanie et Manu, qui ont été super.”

Après avoir obtenu l’autorisation municipale le 14 février, Manon, Sarah et Crack se sont appropriés les plus beaux endroits de Bordeaux le 7 mars, il y a toute juste trois semaines. “Crack et Sarah ont su faire vivre mes photos. Crack s’est montré parfait, même devant les Grand Théâtre qui n’était pas un endroit facile pour un cheval ferré, nous poussant à décaler les prises de vues un peu plus sur le côté que devant le monument. C’était un très beau projet, que je suis très fière de l’avoir accompli. Je remercie Sarah, Mélanie, Manu, Crack et la ville de Bordeaux, sans qui je n’aurais jamais pu le réaliser”, conclut la jeune femme. Une exposition des clichés de la série Un cheval dans Bordeaux devrait être organisé par la mairie de Bordeaux dès que la situation sanitaire le permettra. 


Retrouvez ci dessous tous les autres projets photos de Manon Lane sur sa page Instagram. 

Manon Lane et toute son équipe sur le projet "Un cheval dans Bordeaux" place de la Bourse.

© Manon Lane Photographie