Daniel Deusser et Scuderia 1918 Tobago Z une nouvelle fois magistraux dans le Grand Prix CSI 5* de Wellington

Daniel Deusser est décidément imbattable sur la piste du Winter Equestrian Festival! Samedi 27 mars, l'Allemand a remporté à Wellington le CSI 5* présenté par Rolex, associé à son talentueux Scuderia 1918 Tobago Z. Il s’agit de la deuxième victoire en Grand Prix sous le soleil de Floride pour le couple, qui s’était déjà adjugé le Grand Prix CSIO 4* au début du mois. Le duo a réalisé le plus rapide des trois doubles sans-faute, devançant l’Israélien Daniel Bluman et le Néerlandais Harrie Smolders, respectivement aux rênes de Gemma W et du Selle Français Bingo du Parc.



“J’ai eu la chance de partir en avant-dernier au premier tour puis en dernier au barrage”, Daniel Deusser.

© Sportfot

Mais où s’arrêtera Daniel Deusser ? Prolongeant une séquence de victoires époustouflante au Winter Equestrian Festival (WEF) 2021, l’Allemand, actuel numéro trois mondial, a démontré une fois de plus qu’il était l’homme en forme du moment, se hissant au sommet du Grand Prix CSI 5* présenté par Rolex et doté à 500 000 dollars. À Wellington, il avait sellé pour l’occasion Scuderia 1918 Tobago Z, propriété des écuries Stephex et de Scuderia 1918. Le cavalier a d’ailleurs offert un beau cadeau d’anniversaire à son employeur, puisque Stephan Conter a fêté hier ses cinquante-six ans.

Quarante des meilleurs cavaliers du monde se sont affrontés sur le magnifique terrain en herbe du complexe de Floride lors d'une journée ensoleillée parfaite pour l’épreuve majeure de cette onzième semaine du WEF. Huit duos ont trouvé la clé pour réaliser un premier tour vierge de pénalité et ainsi se qualifier pour le barrage. L’Étasunien Brian Moggre et l’Israélien Teddy Vlock ont été pénalisés par le temps imparti et ont écopé d’un point de pénalité, respectivement associé à l’excellent étalon Balou du Reventon et Amsterdam 27.

Santiago Lambre a été le premier à revenir en piste sur Chacco Blue II. Le Mexicain et l’étalon de quatorze ans n’ont pu éviter une faute, pour la sixième place finale. Avec Vitiki, Yuri Mansur a terminé avec huit points, synonyme de huitième place. Un beau résultat cependant pour le Brésilien et son alezan de treize ans, de retour à la compétition en 2020 après une grave blessure survenue en 2018 lors du CHIO d’Aix-la-Chapelle. Pour la Suisse, Beat Mändli et Dsarie ont également terminé ce second tour raccourci avec deux fautes et se sont classés à la septième place. De son côté Jessica Springsteen a tout tenté aux rênes de Don Juan van de Donkhoeve, mais l’Étasunienne a conclu avec un obstacle à terre. Avec cet étalon de douze ans par Bamako de Muze, elle a pris le cinquième rang de ce Grand Prix.



“Daniel Deusser est un niveau au-dessus de nous”, Daniel Bluman

Daniel Bluman et Gemma W, deuxièmes, sont associés depuis cinq ans.

© Sportfot

Le premier double sans-faute a été signé par Harrie Smolders et son Selle Français Bingo du Parc. Associé à ce fils de Mylord Carthago âgé de dix ans et né chez André Herouart, le Néerlandais a imposé un premier temps de référence de 36’’74 secondes, pour ce qui a finalement été la troisième place. Une performance impressionnante pour l’alezan, qui a participé ce week-end à sa troisième compétition labellisée 5* avec le vingtième cavalier mondial au classement Longines. “Aujourd'hui, il a fait un travail fantastique”, a témoigné Harrie Smolders. “C'était un test sérieux pour lui, une grande épreuve. Je pense que nous avons vu plusieurs combinaisons qui seront présentes aux Jeux olympiques de [Tokyo 2021]. Je sens que j’ai encore une marge de progression, alors j'espère qu'à l'avenir je pourrais me rapprocher ou battre monsieur Deusser. Mais je suis très satisfait de la performance de mon cheval et j'ai hâte de voir ce que l’avenir nous réserve.”

Avec deux dixièmes d’avance, Daniel Bluman a abaissé le chronomètre à 36’’54, associé à Gemma W, ce qui lui a permis de décrocher la deuxième place finale. “Je pense qu'il y avait certainement quelques endroits où j'aurais pu être plus rapide au barrage, mais en réalité, peu importe ce que je faisais, McLain [Ward] et Daniel [Deusser] suivaient et iraient de toute façon aussi vite, ou plus vite”, a admis le cavalier. “Ma stratégie était de réaliser un bon temps, de prendre les bonnes foulées pour leur mettre suffisamment de pression et les pousser à prendre des risques. Je ne vais pas dire que je suis surpris que Daniel m'ait battu. Il est un peu pénible pour nous quand il se présente, car il est juste un niveau au-dessus de nous! Il faut l’admettre, nous devons continuer à travailler pour pouvoir monter comme lui. Je suis de toute façon extrêmement content du résultat. Gemma a été incroyable.”

L’Israélien est associé à cette fille de Luidam âgée de dix ans depuis cinq ans maintenant, et il a immédiatement cru en son talent. “C'est la première année où nous participons à des CSI 5*”, a-t-il déclaré. “Depuis le début, je pense qu’elle est très, très spéciale, donc honnêtement, je n’ai pas été surpris de la voir performer comme elle l’a fait, cela a été le cas toute cette saison. Depuis qu’elle est jeune, cela a été comme ça. Nous avons été patients dans sa progression et cela a porté ses fruits. La liste de départ était formidable, et je pense qu'avoir un Grand Prix Rolex ici était une excellente décision de la part de l'équipe organisatrice. J'ai hâte de pouvoir remporter cette épreuve au moins une fois au cours des dix prochaines années!”

Avec le meilleur temps au barrage (34’’94), le double médaillé d'or olympique par équipes McLain Ward a été privé de la victoire à cause d’une faute sur la sortie du double. Avec Contagious, l’Étasunien a été rétrogradé à la quatrième place.

Dernier à s’élancer, Daniel Deusser avait connaissance du temps à battre et l'a utilisé à son avantage, franchissant la ligne d’arrivée avec quatorze centièmes d’avance après un ultime tour fluide (en vidéo en fin d’article), en selle sur le compétitif Scuderia 1918 Tobago Z (36’’40).


Belle troisième pour Harrie Smolders et son Selle Français Bingo du Parc.

© Sportfot



“Je savais exactement ce que j'avais à faire”, Daniel Deusser

Daniel Deusser et Tobago Z s’imposent avec quatorze centièmes d’avance.

© Sportfot

Il s'agit de la septième victoire de celui que l’on surnomme “Double D” au WEF, de sa quatrième victoire en CSI5 * et de sa troisième victoire en Grand Prix, puisqu’il a remporté un Grand CSI 4* avec Killer Queen VDM le 8 février et le Grand Prix CSIO 4* avec Scuderia 1918 Tobago Z le 7 mars dernier.

L’actuel numéro trois mondial a préparé l’alezan spécifiquement pour cette épreuve, la plus importante du circuit. “Tobago est mon meilleur cheval depuis des années”, a débuté l’Allemand au sujet de l'étalon de treize ans par Tangelo Vd Zuuthoeve. “Il a remporté de nombreux Grands Prix, et il aime aussi beaucoup les grandes pistes en gazon. Il était déjà en très, très bonne forme ces dernières semaines ici. Cela ne voulait pas nécessairement dire qu'il allait gagner aujourd'hui, mais il a gardé son énergie et a très bien performé. J’ai eu la chance de partir avant-dernier au premier tour puis en dernier au barrage. Je savais exactement ce que j'avais à faire. Et à la fin, je dois dire qu'une fois que tout fonctionne et que mon cheval saute de cette façon, ce n'était pas trop difficile.”

Après une blessure fin 2019, celui qui est surnommé “Toby” n'est revenu à la compétition qu'à la fin de l'année en 2020. “Il est encore mieux qu'avant”, a ajouté Daniel Deusser, que l’on sent extrêmement motivé et confiant pour la suite. “Ces quelques semaines au WEF lui ont redonné beaucoup de force. J'espère qu'il restera exactement dans cette forme, et j'ai vraiment hâte de passer une excellente fin de saison.”

Le pilote en a profité pour faire écho aux sentiments de ses concurrents quant à la possibilité de concourir pendant cette période difficile. “Nous sommes chanceux d’être ici”, a-t-il confirmé. “Peut-être encore un peu plus pour moi et Harrie [Smolders]. Venant d'Europe, nous savons, avec la situation actuelle, combien il est difficile d'organiser des événements actuellement, combien c'est difficile pour le sport, et aussi combien la vie en Europe est compliquée en ce moment. Un grand bravo et un grand merci à l'organisation et aussi au sponsor de permettre cette compétition.”

Les résultats ici