“Même si cela faisait déjà dix ans que Totilas avait quitté nos écuries, pas une semaine ne passait sans que je ne pense à lui”, Edward Gal

Séparé de son plus légendaire complice fin 2010, après avoir été vendu pour un prix record de plus de 11 millions d’euros, Edward Gal a dû dire adieu au prodigieux Totilas, emporté le 14 décembre dernier de coliques. Chevauchant désormais plusieurs de ses descendants, notamment Glock’s Total Us et Glock’s Toto Jr, le charismatique et discret dresseur néerlandais rêve aujourd’hui d’immortaliser plus encore la légende de son défunt destrier en s’illustrant aux Jeux olympiques de Tokyo cet été avec l’un de ses produits. D’ordinaire très discret dans les médias, le multimédaillé a accepté de se livrer à GRANDPRIX.



Début février, une épizootie de rhinopneumonie s’est déclarée dans le sud de l’Europe, contraignant la Fédération équestre internationale à annuler l’intégralité des concours européens jusqu’à mi-avril. Comment avez-vous réagi à cette mauvaise nouvelle? En raison de la pandémie de Covid-19, beaucoup d’événements avaient déjà été annulés, mais nous avons pu continuer à entraîner nos chevaux normalement. Aujourd’hui, avec l’apparition de ce virus, la situation est plus effrayante. Nous avons tous peur que nos chevaux puissent l’attraper et soient infectés, car c...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe