Julia Krajewski irrésistible à Saumur, où Thomas Carlile et Astier Nicolas marquent des points en vue des JO de Tokyo

Sans trembler, Julia Krajewski et Amande de B’Neville ont remporté leur premier CCI 4*-L, cet après-midi à Verrie, près de Saumur. L’Allemande et sa Selle Français, qui ont conservé leurs points du dressage, ont devancé deux prétendants tricolores aux Jeux olympiques de Tokyo, Thomas Carlile et Astier Nicolas, deux et troisième sur Birmane et Babylon de Gamma. L’après-midi fut plus dure pour Karim Laghouag, pénalisé de trois fautes à l’hippique avec Triton Fontaine, et cruelle pour Gwendolen Fer, désarçonnée par Romantic Love dès la réception de son premier saut…



Du début à la fin du CCI 4*-L ÉquiAction de Saumur Complet, qui s’est conclu cet après-midi à l’hippodrome de Verrie, dans le Maine-et-Loire, Julia Krajewski et Amande de B’Neville ont été ir-ré-sis-ti-bles! Créditées de la meilleure reprise de dressage, puis d’un cross parfaitement maîtrisé, l’Allemande et sa très belle et efficace Selle Français n’ont jamais tremblé face à la pression, signant un tour de saut d’obstacles sans bavure et très convainquant sur un parcours technique à boucler dans un temps imparti particulièrement exigeant. Elles ont finalement conservé leurs 24,7 points de pénalité issus du premier test. Chapeau.

La vice-championne olympique par équipes en titre ne peut être que satisfaite de sa jument de onze ans, qui disputait là son deuxième CCI 4*-L après une première tentative marquée par une faute au cross l’automne dernier à Strzegom, en Pologne. “Je suis venue ici avec l’idée d’obtenir une qualification pour Amande. J’avais aussi envie de voir du pays, et je gardais un excellent souvenir de Saumur, où j’avais disputé les championnats d’Europe Juniors en 2005. Je savais que ce serait un concours technique, exigeant, ce dont nous avions besoin. J’avais sérieusement préparé ma jument, notamment lors du CCI 3*-S de Radolfzell, dont nous avions pris la troisième place. Saumur lui a encore permis de progresser. Depuis le départ à la retraite de Samouraï du Thot (et le passage du crackissime Chipmunk FRH sous la salle de son compatriote Michael Jung, ndlr), Amande est ma jument de tête. Ce week-end, j’ai eu l'impression qu’elle me disait: ‘Détends-toi maman, fais-moi confiance, nous allons performer ensemble.’ Et elle a été formidable, je n’ai absolument rien à lui reprocher! Elle devient de plus en plus forte. Physiquement, elle est imposante, et doit encore apprendre à se contenir, à composer avec son énergie débordante. Je pense vraiment que je l’engagerai prochainement dans un CCI 5*-L. C’est en tout cas mon objectif pour l’an prochain à moins que ne nous soyons sélectionnées pour un championnat dès cette année. J’ai vraiment vécu une superbe semaine, et cette victoire est une formidable conclusion.”



Birmane et Babylon en imposent, et Quoriano toujours aussi fringant

Ça plane pour Thomas Carlile et Birmane!

© Les Garennes/Saumur Complet

Outre la bataille pour la victoire, ce CCI 4*-L constituait surtout une occasion pour quelques-uns des meilleurs couples français de se mesurer les uns aux autres et de se mettre en valeur aux yeux de leur sélectionneur national, Thierry Touzaint, à moins de trois mois des Jeux olympiques de Tokyo. À ce jeu-là, les deux grands gagnants ont été les deux anciens disciples de Marie-Reine Périé, Thomas Carlile et Astier Nicolas, qui ont fait preuve d’efficacité et de maîtrise en selle sur Birmane, deuxième (28,4), et Babylon de Gamma, troisième (31,5). La baie ne cesse de confirmer ses qualités exceptionnelles pour les trois ateliers de la discipline, tandis que le gris, excellent crosseur et sauteur, progresse et peut encore se bonifier au dressage, où il est apparu un peu ému à Saumur.

La quatrième place est revenue à Arnaud Boiteau et Quoriano*IFCE (31,9), qui n’ont concédé que deux secondes de temps dépassé hier et rien du tout aujourd’hui. Visiblement frais et à son aise sur cette grande piste en herbe où il évolue à domicile, le vétéran Quoriano, dix-sept ans, auquel France Inter a consacré un très beau portrait ce matin dans son journal des sports, pourrait bien être sélectionné aux championnats d’Europe d’Avenches, fin septembre en Suisse… huit ans après ceux de Malmö, dont il avait pris la quinzième place. Jean-Lou Bigot et Utrillo de Halage, qui avaient disputé ceux de Luhmühlen il y a deux ans en individuels, pourraient connaître le même destin cette année. Eux aussi ont conservé leurs points du dressage (38,7), se classant cinquièmes.

Les six et septième places sont revenues à Sébastien Cavaillon et Rémi Pillot, associés à Sarah d’Argouges (39,3), qui a dépassé le temps imparti de neuf secondes hier, avant de boucler un brillant sans-faute aujourd’hui, et à Tol Chik du Levant (40,1), impeccable hier et fautif aujourd’hui sur le vertical 7. Ce dernier test s’est avéré moins évident pour Karim Laghouag, pénalisé de trois fautes, sur l’entrée du double, puis l’entrée et la sortie du triple avec Triton Fontaine, pourtant excellent hier et habituellement solide à l’hippique. Le fait d’avoir déferré aux deux tiers du cross a peut-être incommodé le hongre… Huitième (41), ce couple a devancé Gireg Le Coz et Aisprit de la Loge, neuvièmes (41,9), qui ont concédé une faute à l’obstacle et quatre secondes de temps aujourd’hui, ainsi que Cyrielle Lefèvre et Armanjo Serosah, dixièmes (43,7), qui ont renversé deux barres.

Astier Nicolas et Babylon de Gamma.

© Les Garennes/Saumur Complet



Enfin, l’après-midi a été cruelle pour Gwendolen Fer, désarçonnée par Romantic Love dès la réception de son premier saut et contrainte de mettre pied à terre… Hier, elle avait été éliminée du cross avec Arpège de Blaignac. Après les blessures de ses chevaux de tête, les siennes, l’alerte physique pour Traumprinz il y a deux mois à Saumur et son absence à Pompadour, il y a trois semaines, en raison d’une suspicion de rhinopneumonie sur un cheval de son écurie, décidément, la Toulousaine enchaîne les galères… Pourvu que celle d’aujourd’hui fût la dernière.

Les résultats