“Quand on vous donne l’occasion d’essayer de changer les choses, il faut la saisir”, Marie Pellegrin

Bien qu’elle ait confié le prometteur Deuxcatsix d’Églefin à Benoit Cernin, Marie Pellegrin dispose toujours d’excellents chevaux au sein de ses écuries, dont Boréale de Fondcombe. Après quatre mois de pause, la cavalière de quarante et un ans a repris la compétition avec succès en avril à Vichy. Au cours de cet entretien, celle qui porta un temps les couleurs de la Suisse de 2014 à 2019 évoque ses résultats sportifs et son envie de retrouver l’équipe de France. Passionnée et sans langue de bois, celle qui siège désormais au comité fédéral de la Fédération française d’équitation aborde sans détour son engagement aux côtés de Serge Lecomte, récemment réélu à la présidence, nourri par une volonté de faire bouger les lignes, tant au niveau national qu’international. 



Vous avez récemment annoncé avoir confié à Benoît Cernin Deuxcatsix d’Eglefin, talentueux étalon de huit ans dont vous êtes la propriétaire. Pourquoi ne pas l’avoir conservé sous votre selle? J’ai acheté Deuxcatsix à cinq ans. Il appartenait alors à Claudine Digard, de l’élevage d’Églefin, et était monté par Julien Alvarez. Je l’ai ensuite confié Jérémie Rolland, afin qu’il reste en Normandie et que sa semence puisse être prélevée chez Equitechnic. Il a été approuvé à cinq ans et a participé aux championnats de France. À six ans, Jérém...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe