Duarte Romão renoue avec la victoire dans le Grand Prix CSIO 3* de Kronenberg

Après la victoire de l’Irlande dans la Coupe des nations de la fédération équestre européenne (EEF) vendredi, l’hymne portugais a retenti à Kronenberg, en l’honneur de Duarte Romão. Le Portugais, installé en Normandie de très longue date, a ajouté une nouvelle belle ligne à son palmarès avec Cayman Jolly Jumper, neuf ans. Il a supplanté le Belge Koen Vereecke, et l’Irlandais Eoin Gallagher. Ultra rapide mais fautif au barrage, Benoît Cernin termine, lui, à une rageante quatrième place avec Uitlanders du Ter.



L'émotion était palpable pour le couple vainqueur en sortie de piste.

© Sportfot

Le sympathique Portugais Duarte Romão n’avait plus remporté de Grand Prix international depuis sa retentissante victoire au CSI 3* de Saint Lô, à l’automne 2019. Dimanche 6 juin, le pilote, installé en France depuis plusieurs années, a encore fait éclore un jeune talent aux yeux de tous. En effet, l’expérimenté cavalier a imposé Cayman Jolly Jumper, neuf ans. Ce fils d’Hiscktead avec une mère par Quincy (alias Quaprice Bois Margot), avait déjà signé une performance encourageante dans le difficile Grand Prix CSI 4* de Bourg-en-Bresse, il y a deux semaines. Présenté en compétitions par Duarte Romao depuis 2019, le Selle Français, né chez Nathalie Chevalier dans le Morbihan, a également évolué sous les selles de Mathieu Bourdon, Alexa Ferrer et de l’ex-numéro un mondial, Steve Guerdat. Jusqu'alors, ce jeune hongre, castré après avoir laissé un produit à son éleveuse, a signé la plus belle victoire de sa jeune carrière.

Aujourd’hui, en Belgique, le duo est d’abord parvenu à se défaire des seize efforts disposés sur la piste en sable de Kronenberg, avant de dérouler un barrage précis et très rapide en 35”77. Sur les soixante-douze (!) couples au départ, seuls six se sont retrouvés pour une finale au chronomètre. Premier représentant français dans ce Grand Prix, Pierre-Alain Mortier a fait les frais du tracé de Louis Konickx et ses équipes. Auteur d’un bon début de parcours avec Black Jack de St Paul, le Tricolore a ensuite péché en fin d'exercice, laissant à terre l’oxer numéro 8, l’entrée du double suivant, ainsi que la palanque numéro 11 et le vertical 12. Benoît Cernin s’est, ensuite, joué de toutes les difficultés du jour. Associé à son génial Uitlanders du Ter, le champion de France en titre a été le seul Français à se qualifier pour le barrage. Juliette Faligot aurait bien pu l’imiter tant son parcours semblait parfait. Malheureusement, une mini touchette, à peine perceptible, de sa grise Arquana de Riverland en milieu de triple a relégué la paire en quatorzième position. Paul Delforge et Aurélien Leroy, juchés sur Allblack de Gressoux et Croqsel de Blaignac, sont sortis de piste avec neuf et huit points, après avoir respectivement renversé la sortie et l’entrée de double, ainsi que la palanque numéro 11. 



À un cheveu du triomphe

Tout sourire à l’issue de son premier parcours, Benoît Cernin était prêt à en découdre au barrage. Magnifiquement lancé avec son fils de Clinton, le Français a effectué un tracé parfait, signant un demi-tour au cordeau entre les cinquième et sixième obstacles du parcours raccourci. Malheureusement, l’étalon bai a effleuré le vertical après son virage, rétrogradant son cavalier au quatrième rang. Rageant. D’autant plus rageant que le chronomètre du binôme était le plus rapide du jour, en 35”39. Déjà double sans-faute vendredi, Uitlanders du Ter a, une nouvelle fois, prouvé toute sa qualité et surtout sa grande forme, lui qui avait déjà triomphé à Vichy. Cette fois, la victoire lui a peut-être échappé, mais nul doute que son pilote aura à cœur de s’imposer dans son prochain Grand Prix !

Rapide, mais pas assez pour inquiéter Duarte Romao, le Belge Koen Vereecke a pris une honorable deuxième place avec Lector vd Bisschop (36”90). Le dernier double clear round du jour a été l'œuvre de l’Irlandais Eoin Gallagher, déjà impeccable vendredi dans l’épreuve collective. Avec Faltic HB, il a achevé son barrage en 38”35. Victoria Gulliksen, cinquième, et Jens van Grunsven ont pris les cinq et sixième rangs après respectivement une et deux fautes. Piégés par le temps dans l’acte initial, Lisa Nooren, Jack Ryan, Ismaël Garcia Roque et Michael Greeve se sont classés du sept au dixième rang.

Les résultats complets ici.

Ce n'est que partie remise pour Benoît Cernin !

© Sportfot